Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La contrebande du sel

Publié le par Jaume Ribera

Dans notre région, la contrebande est une activité très répandue depuis des siècles. Que voulez-vous! Les pratiques fiscales ont toujours été très différentes entre les deux royaumes situés de part et d'autre de la montagne pyrénéenne. Alors évidemment, quand on habite dans une région frontalière située aux limites d'un pays qui pratique des taux d'imposition moins lourds que dans les terres voisines, la tentation d'en profiter est grande.
Surtout que la frontière n'était pas très difficile à franchir, à l'époque où elle n'était matérialisée que par les modestes sommets des Corbières.

Franchement, on connaît plus redoutable comme frontière naturelle!

Franchement, on connaît plus redoutable comme frontière naturelle!

Depuis des siècles donc, les biens les plus divers sont transportés à dos d'hommes ou de mules par maints itinéraires plus ou moins secrets. Dont le sel, qui a toujours été un condiment essentiel particulièrement cher chez nos voisins languedociens ou des terres occitanes.

Chez nous le sel n'est pas rare. En effet la proximité de la Méditerranée ou même de vastes étangs en communication avec la mer (Leucate, Canet...) permet d'en récolter assez facilement. Il ne reste plus, ensuite, qu'à lui faire passer la frontière. Ce qui n'est pas l'essentiel du problème!
Un jour où Patrick et moi parlions de tout cela, il m'a fait parvenir cette carte des voies de la contrebande du sel. Je ne sais pas où il l'a trouvée mais elle me semble particulièrement explicite.

De la mer vers l'intérieur des terres: un trafic intense!

De la mer vers l'intérieur des terres: un trafic intense!

Inutile de vous dire que lorsque la nouvelle est arrivée selon laquelle les autorités françaises décidaient de nous soumettre à l'impôt de la gabelle (je vous en ai parlé, même si c'était hélas il y a plus d'un an!...), il n'a pas fallu longtemps pour que l'esprit contrebandier qui sommeille toujours un peu parmi nous s'agite à nouveau.

Et qui dit trafics dit rivalités.
Qui dit rivalités dit règlements de comptes.
Et qui dit règlements de comptes dit souvent, hélas, crimes.

Or dans les environs d'Argelès, désormais, quand un crime se produit (a fortiori plusieurs) vers qui se tourne-t-on? Vers moi!...
Et c'est ainsi qu'à nouveau j'ai dû me mettre en chasse de malfaisants faisant peu de cas de la vie de leurs contemporains. À cause de quelques sacs de sel!...

À moins que!...
Et si c'était pour de tout autres raisons qu'ont eu lieu ces crimes particulièrement violents???

Partager cet article
Repost0