Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le canal de Cabestany

Publié le par Patrick Dombrowsky

Le canal de Cabestany

Encore une fois, merci à l'aide familiale!

Cabestany, pour moi, ce n'est pas n'importe où!... J'avais seulement 10 ans quand mes parents y ont acquis un terrain où, petit à petit, à force de courage, Papa y a construit notre maison. J'avais 17 ans quand j'en suis parti pour mes études à Paris. J'avais 42 ans quand elle fut vendue, car désormais trop grande et trop fatigante à faire vivre et à entretenir.

Autant vous dire que ce lieu représente une partie majeure de ma vie!

Je m'étais promis, quand les aventures de Jaume Ribera ont germé dans ma tête, qu'une d'entre elles l'entraînerait sur ces lieux. Par ce quatrième roman, c'est désormais chose faite: mon serment personnel est tenu.

C'est peut-être pour cela que l'enquête est différente. Elle ne cherche pas à résoudre un meurtre, comme les autres. Mais c'est en tant que médecin que Jaume va devoir y affronter une soudaine et meurtrière maladie inconnue. Qui l'amènera à bien d'autres développements, qui sollicitèrent aussi ses talents d'enquêteur...

Bien sûr, ce roman est parsemé de clins d'œil personnels, autour de ces lieux que j'ai tant connus et aimés...

Mais ça, c'est mon secret à moi...

Publié dans Mes enquêtes

Partager cet article
Repost0

Le novice de Serrabona

Publié le par Patrick Dombrowsky

Le novice de Serrabona

Avec, à nouveau, l'aide familiale pour la couverture

On ne sait que rarement les tribulations que subit une histoire entre le moment où est écrite la première phrase, et celui où arrive (enfin!) le point final. Il y a en effet d'innombrables raisons pour l'auteur de faire évoluer son récit, ses personnages, son enquête...
Le novice a été particulièrement chamboulé par rapport à ce que j'avais pensé en faire initialement. Comme l'annonçaient d'ailleurs assez explicitement les dernières pages du roman précédent (Les anges de Saint Genis), Jaume mon enquêteur allait partir à la rencontre de la grande Histoire, dans la bourgade cerdane de Llívia.

Et puis... Un meurtre à résoudre, encore une fois, l'a arrêté en route; d'autant que son ami Francisco Llonch semblait y être mêlé.

Et surtout, je n'ai pas tardé à me rendre compte qu'il serait assez difficile de rendre chronologiquement crédible un déplacement en Cerdagne, au milieu du XVII° siècle, dans le cadre d'un livre pas trop épais...

Alors, privilège exclusif de l'auteur, j'ai tout modifié en cours de route. Et j'en ai profité par remplacer les réels personnages historiques (il en reste quand même...) par plusieurs de ... mes propres ancêtres, qui viennent ainsi rejoindre Jaume Ribera lui-même dans la galerie de mes personnages de roman.

Puissent-ils, là où ils sont, me pardonner des rôles que je leur ai fait jouer!

Publié dans Mes enquêtes

Partager cet article
Repost0

Les Anges de Saint Genis

Publié le par Patrick Dombrowsky

Les anges de Saint Genis

J'en avais commencé la rédaction avant même que soit publié le roman précédent. Mais c'est cette édition qui a brusquement accéléré l'écriture du livre. Puisque j'avais découvert les mérites de l'auto-édition, ses inconvénients étaient désormais insuffisants à constituer un réel frein pour moi: Jaume Ribera pouvait vivre d'autres aventures.

Les anges de Saint Genis, c'est un drame familial sur fond d'intrigues locales. Une jeune héritière est découverte assassinée et cruellement mutilée, dans le voisinage de l'antique château de Tatzo. Or, celui-ci sert à l'occasion de repère aux insurgés menant la lutte contre le nouveau pouvoir français. Sont-ils coupables? À moins qu'il faille chercher du côté de l'abbaye de Saint Genis des Fontaines, dont le nouveau prieur est un bien étrange personnage. Ou au sein même de la famille, dans l'entrelacs des haines recuites et des jalousies dévorantes fermentant dans leur vaste propriété de Vilaclara...

Finalement, cette histoire dense m'a entraîné bien plus loin que je le pensais, et le livre est beaucoup plus épais que son prédécesseur. Cela ne l'a pas privé d'un parcours qui m'a offert bien des satisfactions.
Le coup de cœur de l'éditeur, d'abord... Dans le nombre important de publication, ils en décernent quelques uns par an, m'a-t-on expliqué. Coup de cœur attribué avec un commentaire plus que sympathique:

Un bon gros roman policier, historique... riche en rebondissements, en questions, en moments agréables à savourer sur la plage, sur l'herbe... où vous voudrez ! ce sera du plaisir...

Un prix littéraire, ensuite. Au moment de la parution de mon roman, en effet, TheBookEdition.com venait de créer le premier concours du meilleur polar auto-édité.
J'y ai présenté Les anges de Saint Genis. Et le livre a obtenu le Prix des Lecteurs, décerné en mars 2015 lors du Salon du Livre!...

Avec les membres du jury 2015

Même si ce n'est pas le Goncourt, une distinction fait toujours plaisir, n'est-ce pas?...

Publié dans Mes enquêtes

Partager cet article
Repost0

Le fanal de Madeloc

Publié le par Patrick Dombrowsky

Le fanal de Madeloc

Avec un dessin fait en famille comme première couverture

Un souvenir d'enfance me revient en mémoire, au moment d'écrire quelques lignes sur ce roman. Dans la bibliothèque de mon grand-père, passionné de montagne, un titre me fascinait parmi ses nombreux ouvrages de Roger Frison-Roche: Premier de cordée.
Le fanal de Madeloc, c'est un peu mon premier de cordée. Celui qui a tout lancé; celui sans lequel le reste n'aurait pas pu voir le jour.
Sept ans se sont écoulés entre les premières lignes griffonnées au bord d'une piscine vendéenne, et son auto-édition chez TheBookEdition.com.

L'histoire d'un corps découvert au pied de l'antique tour de guet de Madeloc, au lendemain de la visite de Louis XIV dans sa nouvelle cité de Perpignan. La quête d'un enquêteur qui le devient presque par hasard. La découverte des complots, des intrigues, des faux-semblants agitant ces premiers mois de l'annexion au Royaume de France.

Un premier roman suffisamment crédible pour permettre finalement son édition, pour de vrai, dans le circuit des éditeurs professionnels. Les éditions Marenostrum, de Perpignan, le publièrent en 2013.
 

Hélas, le contrat de confiance qui doit lier un auteur et son éditeur n'a jamais été respecté. J'ai donc dû résilier cet engagement. Et j'ai récupéré tous les droits sur le livre.

Publié dans Mes enquêtes

Partager cet article
Repost0